Page:Balzac, Chasles, Rabou - Contes bruns, 1832.djvu/79

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

— Oui, elles sont douces et intéressantes ; il nous émeut sans employer les atrocités si fort à la mode aujourd’hui…

— Ma réserve, dit-il, n’est certes pas de l’impuissance, et je vous prie de croire, madame, que j’ai ma provision d’horrible tout comme un autre.

— Eh bien ! s’écria la maîtresse de la maison, racontez-nous un peu quelque chose d’affreux. Je voudrais voir la couleur de votre tragique, quand ce ne serait que pour le comparer avec celui qui a présentement cours à la bourse littéraire.

— Malheureusement, madame, je ne parle que de ce que j’ai vu.

— Eh bien !

— Mais je dois avoir le dessous avec les gens qui ont sur moi tous les avantages que donne l’imagination. Je ne puis pas vous mettre en scène deux frères nageant en pleine mer et se disputant une planche… ou un homme qui a entrepris de manger un régiment à la croque-au-sel. Je ne puis être que vrai.