Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
216
trente-six

Oh ! quelle gloire, ignorer sa leçon !
Balbutier l’immortelle chanson !
Rien n’est cruel et divin comme celles
Que fait rougir un timide frisson :
Il sied de boire en l’honneur des pucelles.

Les vierges sont des cœurs et des esprits,
Et la candeur sereine les désigne.
Leurs francs appas sont comme un gai pourpris
Jonché de rose et de blancheur insigne ;
Le lys les nomme et la neige les signe.
Leurs bras polis sont froids comme un glaçon
Et le Désir niche dans le buisson
De leurs cheveux, où brillent des parcelles
D’or, ouvragé d’une riche façon.
Il sied de boire en l’honneur des pucelles.

Envoi.

Il faut se rendre et leur payer rançon,
Lorsque Vénus, guidant son enfançon,
Dans leurs yeux noirs jette des étincelles.
Le vin bouillonne ; allons, verse, échanson,
Il sied de boire en l’honneur des pucelles.


Avril 1861.


Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890 (page 220 crop).jpg