Page:Barrès – L’Appel au Soldat.djvu/298

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
292
L’APPEL AU SOLDAT

par sa paix, sa belle nappe que nul bateau ne ride, assez large dans certains tournants, met dans cette verdure de prés, d’arbres et de vignes mélangées aux vergers sur les côtes silencieuses, la noblesse d’un parc de plaisir.

La vallée au-dessous d’Épinal est faite par des collines douces. Son élargissement vers Chtlel et Charmes engage aussi l’imagination à s’étendre pour considérer dans le temps les vicissitudes de ce territoire.

Ces trois petites villes mosellanes, Châtel, Charmes, Bayon, où ce siècle n’a pas modifié une maison autour de l’église, mais seulement ajouté des trottoirs, voilà de vieux abris de la plante humaine ! Que de tels lieux demeurent sans gloire, c’est une grande injustice, car ils subirent plus de désagréments qu’il n’en faut en moyenne pour conquérir l’illustration. Combien l’existence y fut pauvre, dure, alarmée ! Furent-elles assez de fois pillées, violées, brûlées ! Et Châtel, jalouse, se précipitait de bon cœur pour aider au sac de Charmes, qui comptait bien lui revaloir ces brigandages.

Il est difficile d’imaginer une histoire pire que celle de la Lorraine mosellane, disputée entre la France et l’Allemagne dès le dixième siècle, et que ces deux grands pays ne laissèrent pas vivre de sa vie organique. Nous avions une bonne maison souveraine, des coutumes, des institutions, tout ce qu’il faut pour conquérir une place dans l’histoire ou plus humblement pour s’assurer de l’ordre, de la sécurité, et pour créer une nationalité. Quelle importance tout le duché, chevalerie, communes et manants, attribuait à la journée de février 1477, écrasement sous les murs