Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reprendre la parole, ce bruissement de pluie c’est la colline qui frémit sous le courant de l’Esprit. Elle redevient ce que Dieu de toute éternité a voulu qu’elle fût, le centre de la nature et le siège du Paraclet. Léopold éprouve une jubilation qui se manifeste dans tous ses gestes. Mais Quirin le tire par sa chasuble ; il lui montre l’émotion de la foule qui s’est levée et divisée en petits groupes gesticulants ; il lui montre M. le curé de Xaronval qui s’éloigne.

Léopold regarde et dit avec tranquillité

— Mon frère, Si Deus pro nobis, quis contra nos ? Si Dieu est avec nous, qui sera contre nous ?

Il rentre à grands pas au couvent, mené, pressé, quasi embrassé par son fidèle troupeau. Toutes les pièces y étaient prêtes pour la réception traditionnelle, et dans le réfectoire attendait une collation que les sœurs avaient préparée de leur mieux. Mais il n’y a pour y faire honneur que des personnages secondaires, et pas un ecclésiastique. Comment le petit cénacle échapperait-il à une impression d’angoisse en se voyant ainsi délaissé ? Comment les esprits ne se reporteraient-ils pas aux années passées ? Alors, après la procession, tous les collègues des messieurs Baillard