Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Un profond silence s’était établi. Léopold frappa trois fois à la porte de la chapelle. L’Organe l’ouvrit toute grande… Lui aussi est magnifiquement vêtu. Il porte une robe rouge, une ceinture blanche ; il est chaussé de rouge.

— Prophète de Dieu, dit avec solennité Léopold, les Enfants du Carmel de Sion vous sollicitent par nos bouches de leur accorder l’entrée.

Mais l’Organe, en fronçant le sourcil, lui répond :

— C’est ici la porte de Rome, et Dieu a décidé de la fermer en punition de l’orgueil romain. Il y a placé l’Ange de la Force et du Courroux, et les fidèles doivent se présenter à la porte du Carmel.

Les Pontifes s’en vont alors frapper à la porte du Carmel, qui est en réalité celle de la cuisine. L’Organe leur ouvre, et s’en retourne à l’autel, il fait un pas et baise la terre, un nouveau pas et se prosterne encore. Derrière lui, les trois Pontifes s’avancent, réglant tous leurs mouvements sur les siens, et suivis eux-mêmes des fidèles qui les imitent dans toute leur gymnastique.

Dans ce bel ordre, chacun gagne la place qui lui est assignée : les trois Pontifes, trois