Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plus honoré ? » — « Je garderai ceux qui m’honorent vraiment, répondit le Très-Haut ; j’en ai assez de cette messe romaine où mon fils est crucifié tous les jours. » Il expliqua à l’Organe ce que doit être la messe nouvelle. C’est maintenant à l’humanité de prendre la place du divin Sacrifié ; c’est aux hommes de se faire victimes, de s’offrir tout entiers, de s’anéantir. L’Humanité est le Christ nouveau. Jésus va enfin entrer dans son repos.

Ce second jour, il vint encore plus de fidèles qu’il n’en était venu à l’office de la veille. Au fur et à mesure de leur arrivée à la cuisine, François rayonnant de bonté heureuse passait au cou de chacun un ruban rouge où pendait une croix de bois blanc, de la grandeur de celles que les sœurs portent sur leur poitrine.

Gardez bien ça, disait-il, c’est un paratonnerre contre la colère divine.

La petite troupe ainsi armée pénétra dans la chapelle, magnifiquement parée et illuminée. Le Prophète avait revêtu la robe blanche, l’éphod adamique et le diadème rouge : les trois Pontifes, la ceinture bleue, l’étole en baudrier et la grande écharpe blanche Thérèse portait en sautoir une écharpe bleue brodée d’un cœur rouge, sur laquelle était tracé en lettres de soie : Voici venir l’Ève nouvelle.