Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sentait qu’il n’avait pas rempli toute sa destinée. Au milieu de ses réussites, il prêtait une oreille attentive aux érudits de Nancy, à tout un petit groupe d’esprits curieux qui se consolaient de vivre sous l’influence de Paris (et de l’esprit du dix-huitième siècle) en construisant une philosophie de l’histoire lorraine. Notre nation, disaient-ils, a toujours rempli dans le monde un rôle bien supérieur à l’importance de son territoire. Elle avait une mission. C’est sous le commandement d’un prince lorrain, Godefroy de Bouillon, que les croisades ont commencé ; c’est sous le commandement d’un duc de Lorraine, Charles V, qu’elles ont fini. Et comme nous avons arrêté l’Islam, nous avons servi de rempart, avec le duc Antoine et les Guise, contre les protestants. Ces lotharingistes s’exprimaient ainsi en haine du rationalisme, qu’ils accusaient de substituer au culte chrétien de la justice l’idolâtrie de la force et du succès. Léopold fit siennes leurs thèses. Il commença de vaticiner que la Lorraine n’avait pas épuisé sa destinée et que cette héroïque racine allait rejeter une pousse. Chaque fois qu’il passait sous la colline de Sion, il ne manquait pas d’y monter pour solliciter les inspirations de la Vierge protec-