Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


triple lutte, à la fois contre la libre pensée, contre la hiérarchie ecclésiastique et contre leurs créanciers. L’évêque dut les contraindre, chapitre par chapitre, leur demandant d’abord un compte des aumônes qu’ils avaient recueillies, puis une déclaration que tous leurs acquêts appartenaient à la congrégation, puis l’engagement de lui soumettre leurs livres chaque année, enfin la promesse de ne plus rien acheter sans autorisation. Autant de persécutions que le ciel, jugeaient-ils, permettait pour les éprouver, et auxquelles ils répondirent avec un génie d’hommes d’affaires endettés. Ils firent sur tous leurs domaines une défense de thaumaturges et de clercs d’avoué. Une position perdue, ils en dressaient une autre. À suivre toute la série que j’ai pu reconstituer, et Dieu sait qu’elle est variée ! des brochures d’attaque et de défense qui intéressent ce drame de leur ruine, on se trouve au milieu de sentiments que l’on croirait éteints depuis deux ou trois siècles, et au milieu d’affaires de banque, de négoce et de chicane qu’un avoué seul pourrait bien comprendre. On se perd dans ce maquis de mémoires et de répliques, d’apologies et de libelles. Mais on y voit de très loin la faillite s’approcher à pas sûrs. Une dépense