Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reçoit un beau jour la visite de l’archange saint Michel ! Cela ne mérite pas de retenir une minute notre attention. Un mauvais drôle de trente-quatre ans, dont toute la science se borne à la lecture, à l’écriture et au calcul, à qui l’Archange, sous la forme d’un beau vieillard, vient annoncer que le Ciel lui confie une mission, qui prétend réformer l’Église, qui se dit le prophète Élie réincarné ! Laissez-nous rire de pitié. Certainement nous sommes en présence d’un aliéné doublé d’un escroc… Soit ! Va pour escroc et aliéné, mais pourtant autour de ce Vintras des gens s’amassent. Ils disent : Ipse est Elias qui venturus est ; voici le prophète Élie, l’organe de Dieu, qui va régénérer le christianisme.

… Oui, mais vient-il de Dieu ? se demande Léopold Baillard, dans la diligence qui l’emporte de Lorraine en Normandie. Vais-je trouver l’appui que j’ai imploré du Ciel ? Va-t-il me tromper aussi, comme cette chose mystérieuse qui est entrée dans ma chambre pour me décevoir ? Pourtant, cette charité du père Magloire ressemblait tant à la réponse ! Pourquoi m’a-t-il nommé Vintras, si ce n’est parce que le salut est là ?

Cette question s’interposait pour lui entre les paysages et sa sensibilité. D’ailleurs,