Page:Bascan - Monologues Normands pour ceux qui veulent rire, 1903.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Histoère d’un… c’ment qué j’dirai ?

(En patois des environs de Bayeux)


Un jouo qu’Tuboeû avait beu biaucoup pus qu’yn’n’avait bésoin, y tâpit sur sa femme si dû et tant de temps qué c’té-là jurit d’s’n’aller. Li, qu’était plein comme un oeû, l’encouoragit à faire c’qué disait, et les v’là touo deux d’vant l’tribuna.

Quand y fut assis sur l’banc des coquyins, y s’mit à réfléchi. Cha n’y’ arrivait pâs suouvent d’réfléchi, ch’est pour cha qu’j’vo z’en caûse un brin. Y s’dit : « J’vas perd’ ma femme qui m’fait d’si bouonne tcheusaine, qui lâve et r’pâsse mes rhardes, qui m’soigne quand j’sieus malâde, qui m’rend tant d’services..... et qu’jé n’poê pâs. Eh ben non ! è n’s’en ira pâs. »

Quand sa femme dit qu’y yan avait foutu comme un enragi, y cryit de toutes ses forches qu’ch’était pâs vrai. L’persident essayit bié dé l’rouoler, Tuboeû né s’laissit pâs faire : y dit qu’il adôrait sa femme comme el’bouon Gieu et qu’ié l’aimait bié n’itout, qu’ol avait bouon quieu, mais qu’no z’avait vouolu l’enjôler.

L’persident, qui n’vouolait pâs dêner trop tard, fit v’ni les téemoins.

Y s’am’nit d’abo un cantonnier qu’avait les g’noux en d’dans, la frimousse rouge comme un cô.