Page:Basset - Contes populaires d’Afrique, 1903.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Qui nous a délivrés ?

— Moi, répondit-il.

— Alors tu seras notre chef et nous te vénérerons.

Il devint chef et reçut son domaine de chef.



LXVII. — BOUNDÉI[1]

119

POURQUOI LA HYÈNE NE FAIT PAS PARTIE DES GENS CONVENABLES[2]


Atrefois la hyène faisait partie des gens de qualité. Sa fonction était d’enterrer les morts. Quand quelqu’un mourait, on appelait la hyène pour le mettre en terre.

Un jour, un homme mourut dans un village voisin et la hyène fut appelée pour l’enterrer. Le cadavre fut emporté devant le village ; les gens vinrent et le mirent dans la fosse. La hyène lut les prières. La fosse fut comblée ; les gens se sé-

  1. Le Boundéi est parlé par les populations qui habitent dans l’Afrique Orientale allemande les terres basses entre le Chambala, la rivière Louvou et l’Oumba.
  2. Woodward, Stories in the Boundei language, Londres, Society for promoting of Christian knowledge, in-12, p. 28-29 ; — Seidel, Afrikanishe Geschichten une Lieder, p. 182-183.