Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PÉLISSIER.

C’est par là que je suis entré.


BLONDEL.

Un instant. (Au moment de s’en aller.) Vous désirez du feu ? Voilà une boîte d’allumettes.

(Il lui laisse les allumettes. Pélissier allume un cigare, met son pardessus. Quelques secondes après Blondel, qui a fait le tour de sa maison, revient ; il remet des clefs dans sa poche.)

PÉLISSIER.

Adieu, mon cher ; alors je ne serre pas la main de Madame Blondel.


BLONDEL.

Ma femme se sentait souffrante. Elle est montée depuis longtemps se coucher.


PÉLISSIER.

Ah ! elle est montée !…


BLONDEL, (regarde la fenêtre du premier.)

Oui…


PÉLISSIER.

Vous lui présenterez tous mes respects.


BLONDEL, (distrait, regardant la maison.)

Vous dites ?


PÉLISSIER.

Vous lui présenterez tous mes respects.


BLONDEL.

Oui… Cependant, pourquoi n’est-ce pas allumé dans sa chambre ? Et pourquoi tout est-il éteint en bas ? (La lumière s’allume au premier.) Ah ! voilà, justement. Mais, alors, elle n’était peut-être pas montée… Tiens !…

(Il jette un caillou dans la fenêtre.)