Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME BOUGUET.

Du sang ! à flots ! Au secours… au secours… Pravielle.


BLONDEL, (se précipitant à la porte.)

Pravielle !…


MADAME BOUGUET.
(Bouguet a un hoquet terrible. Un râle d’aspiration. Il tombe la tête en avant sur le corps de la chaise longue.)

Laurent, mon chéri !…



Scène XIV


Les Mêmes, PRAVIELLE


PRAVIELLE, (accourant.)

Une hémorragie… Alors, la balle était dans le poumon ! Mais il a dû faire un effort effroyable ! La tête en arrière… là… Vite, vite !… Mais c’est un véritable suicide, voyons !… Vous l’avez laissé parler, s’agiter ! Vous m’avez menti, Madame !… Vous m’avez menti ! (Hors de lui.) Pour provoquer une hémorragie pareille, il a fallu qu’il fît des efforts immenses !


MADAME BOUGUET.

Je ne savais pas… j’étais folle d’émotion !… Nous lui avons obéi comme des insensés !… Sauvez-le… Au secours !…


BLONDEL, (terrifié.)

Le pouls ?


PRAVIELLE.

Aidez moi… Comme ceci… les tractions…