Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


paraît-il… Il fallait rudement restreindre, et au moment même où il commençait à gagner beaucoup d’argent ! Pas de chance ! Je sais bien que je suis, de ma nature, très dépensière.


FRÉDÉRIQUE.

Ce ne sont pas les dépenses de votre toilette qui ont dû pourtant charger le budget !… Et puis, vous avez les revenus de votre fortune personnelle (Avec intention.) à laquelle on n’a pas touché, je pense, dans aucun cas ?


ÉVELINE.

Non, évidemment. Mais j’ai quinze mille francs de rente, pas plus… Ce sont les revenus des propriétés de la Guadeloupe… À un moment, figurez-vous, on n’avait qu’une bonne. Est-ce que vous vous en êtes aperçue ?


FRÉDÉRIQUE.

Cela prouve que votre mari devenait pratique… Et ce n’était pas trop tôt…


ÉVELINE.

Enfin, maintenant, avec les deux dernières commandes, le succès de nos immeubles… De tous côtés on court à lui !…


FRÉDÉRIQUE.

Oui, c’est à cause de cela même que j’ai tant insisté pour que vous changiez votre train de vie… Et puis il y avait des réformes urgentes à faire. À quoi rimait d’avoir un bureau séparé de son appartement, et dans un autre quartier, par-dessus le marché ?… Je ne sais pas comment vous tolériez ça !… On n’a pas idée de laisser une liberté pareille à son mari !


ÉVELINE.

N’est-ce pas ?… Je me demandais quelquefois