Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 1, 1922.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



xxxxm’a-t-il dit, jeune fille qui lavez.

Vous lavez blanc, vous tordez roide…

Laissez aller votre battoir sur l’eau,

et votre savon au courant,

laissez votre savon aller à sa suite, —

et venez avec moi dire vêpres à la chandelle.


MARIA

Non plus à vous, jolie Renée.

Les plus jolies filles qui soient sous le soleil,

si elles ne possèdent écus de rente,

quenouille de corne et robe de satin blanc,

n’auront pas mon fils ; — et ainsi sera.


TROISIÈME LAVANDIÈRE.

D’où tenez-vous qu’Aliette Tili,

dites-moi, soit atteinte de maladie ?


PREMIÈRE LAVANDIÈRE.

Son père est lépreux et sa mère aussi.

Son père est là-bas dans une maison neuve.

Je lui ai parlé à travers la porte


QUATRIÈME LAVANDIERE.

Si le vent avait changé de côté, vous auriez attrapé la lèpre par le trou de la xxxxserrure !