Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène XII


BOUGUET, MADAME BOUGUET, puis ARTHUR


BOUGUET, (tout de suite.)

Jeanne, elle partira demain. Sois tranquille.


MADAME BOUGUET.

Edwige m’est indifférente par comparaison. C’est lui !… Tant que je le sentirai là, je respirerai mal… (Avec un effort.) Mais je ne te demande rien… Parlons de choses sérieuses et heureuses. Je viens de causer avec Pravielle, il m’a pleinement rassurée, tu sais… Comme je suis contente !… Je l’appelle ?…


BOUGUET.

Une seconde, Jeanne… Je vais te demander maintenant un effort et un courage plus coûteux. Mais je l’exige de toute la force de mon âme.


MADAME BOUGUET, (pressentant un sacrifice, mais inflexible dans la résolution prise.)

Je souscris à tout ce qui pourra t’apaiser et te rassurer. Après ce que m’a dit Pravielle sur la certitude de ta guérison, tout ne peut que m’apparaître léger, heureux.


BOUGUET.

Sonne Arthur.


MADAME BOUGUET.

Que lui veux-tu ?…


BOUGUET.

Tu le verras.


MADAME BOUGUET, (repoussant toute autre idée.)

Oui… ça m’est égal !… (Avec exaltation.) Ce qui