Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


homme. (Ils se serrent les mains. Elle a, de nouveau, les yeux humides.) Allez-vous-en, tenez, allez-vous-en vite ! (Il sort rapidement d’un trait. Elle reste les deux mains sur les yeux quelques instants. Puis elle découvre un visage métamorphosé, joyeux, jeune, vivant. Elle reprend haleine, elle va à la porte de droite et appelle à voix haute et claire.) Thérèse ! Viens vite !



Scène VIII


FRÉDÉRIQUE, THÉRÈSE, puis MADAME DESROYER


FRÉDÉRIQUE.

Voyons, voyons, mon enfant, où en étions-nous ?


THÉRÈSE.

Vous m’aviez dit d’apporter mon cours… le voilà !


FRÉDÉRIQUE.

Eh bien, reprenons toute la série des dates depuis la première croisade, puisque tu les as bien repassées. Installe-toi là. C’est la page ?


THÉRÈSE.

Oui, maman, c’est là.


FRÉDÉRIQUE.

Parlait ! Voyons… d’abord, en quelle année la prise de Jérusalem par les Croisés ?


THÉRÈSE.

Mil quatre-vingt-dix-neuf.


FRÉDÉRIQUE.

Bien.