Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1070

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


M* Des wauvaìs Consiìh ; r les actions humaines :• Ce ani J ' fait dire avec Camerarius quV ſeurémenc c’cst fe tromper Ú.J me, & le laiííer abuſer aux autres que de ne s attacher qu’à ce qui peut upparamment arrircr ; auliea de s’écudier à ſes conſeils honnê- tâs , loixables , Sc ſerieux , auſ- quels ſoient jointes en meſxnc temps des aclions genereuſes, & d-ignes d’un homme d’honncur} Jaiíſant révenement à Dieu ſeul» puis qu’autre que luy ne peut par- faitement produire lc bion , ny dé" tourner le mal. • Et pour dire qu*cn ínatìcce de conſeils , on laiííè fouvent l'ban- neste , pour ſurvre ltrtilc , ou i’inrerest propre : il* ne ’&ut pas s’étonner íi TiíTuë en eft manvai- le. Corame au concraire, quelque- fois il en arrive une bonne d’un mauvais conſeil. On ne doit pas le loiier pourtant, ny blafmcr nan plus un cxcchent advis, si le ſUG*