Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1\tdr de VAÌlUnce. 3*51 !\t’ Cela fignifie que la mort des l\ttrrands Princes n’cst pas moms ìl- f\tjuftre que leur vie, durant laqucN j\tje ils ont eu ſur le reste des hom¬ mes le meſme avantagc que la Na- ture a donné à l’Aigle pardeíſus les |\tautrcsOyſeaux, dont elle eíh Rey- |\tne. AuíE fuc elle autres - fois la .[\tprincipale Enfeigne qu eurent les l\tRomains, qui remprunterent des Perſes, & les Perfes de Jupiter, dont elle portoit la foudre. Qiiel- ques - uns tiennent que Marius fic une Ordonnance exprcíle, par la- quelleil voulut qu’entre lesautres Enſeignes militaivcs , celle-cy eût le premier rang ; & je trouvé pour nioy qu’il le fit avec beaucoup de raiſon. Car a bien eonfiderer cét «xeellenc Oyſeau } l’on trouyera quil tient de la Nature quantité de dons, qui rendent recommandablc un Prince , tels que ſont la Bcau- te, laForce, la Valeur, &la Ge~ ueroíite. Les Anciens mcſmes, au