Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Eté Conseìl des Trìnces. prononcé ne loin venu d’autre que deux , non plus que l’execution, fìgurée par la Deeíìe Pallas , qui nâquit armée. Ce qui íìgnifie, que tels Arrcsts ſe donnent une pleine puiíſance en ſortant , &: qu’ils at • tirent avee eux une certaine ne- ceífité. Or ce n’est pas aflez que l’authorité d’un Roy ſoic joince à telles cxecutions, non plus qu’une' volonté qui ne ſoit point ſujetre à perſonne ; s’il ne fe trouvé enco- rc des hommes , qui de leur pro- pre chef, c’est à dire par leur pru- dence , mettent au jour la reſolu-» tion qu’on a priſe, & l’ordonnan- . ce une fois conccuë.