Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


x pi De ld Coniorde,\t1 litez, 6c des divìíion* qui s’entc. A ricnnent, 6c ſe fomentent pac ^ \ haine ſecrete. Cette verité ne & I pcut contredire qu’injustement* I puis que l’on void tous les jours’ 1 qu en une Ville où les Citoyensné \ ſont jamais ſans querelle , les cotn. I moditez particulieres 6c publiques 1 s’écoulent inſenſiblement r & ſç ſondent comme laneige au Soleil. P’ou il s’enſuit qu autant que nous devons hayr la Diíſention , autant ſommes-nous obligez d’aimer 1*. Concorde. La Nature nous ìnvU te à ce dcvoir par les merveiïles 4e ſes Ouvrages. Car si. nous voulons apprendre à renoncet bien vifte aux inimiticz & aux diffentions, nous. n’avons quà considcrer ſeulement îingenieuſe structure du corpshu- fnain , Sc la parfaite union des membrcs qui le compoſent. Car tandis qu’ils ſont chacun leutoffi- tc &: que la liaiſon en est. mu- ,tuelle , il eft nnpoítible que le.