Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


3ïo gu ìlfautpA rdonner les offertes souvent dans l’amc'je ne ſçay qu'el¬ les flammcs de haine ; qui p0Ur neftie pas encorcs bìen éteintes fe rallumcnt par le moindre ventque nous avons de l’offence qui nous a esté faite. A quoy (ont plus ſu- jecs les hommes d’authorité ; qui s’emportent à la íin & qui chan- gent leur patience en fureur, apres en avoir beaucoup enduré. Encc- la ſemblables à ccs torrens impe- tueux , qui venant à ſe déborder,

forcent tour à coup les digues

qu’on leur a long-temps oppôſées, rendent illústres leurs degafts par les choſes meímes qu’onami- ſcs pour obstacles à la rapidité de leur courſe. •Or bien qu’ii Faille avoiicr, que les injures Faites à rEcac ne doi- ventpas estre negligées, puisquil cst certain qu’une trop grande to- lerance ne ſçauroit estre que dom- ma^eable au public , il est pour- .tant nccessaiie que le Prince-yajN