Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


34\ttroìs Jòftis de Perjòmes* voyes ordinaires de la justice. « Sccondement, ce Ncm necon, vient pasmal à ces Eſprits pointill leux, qui veulent faire lesraffinez ? en matiere de Science , qui cher- chcnt curieuſement icy bas ce qui est au deslus d’eux ; & qui ſe ínettent en peine de penetrer dans' les fecrets du Ciel , que nous ne pouvons ny voir, ny toucher , ny. les comprendre non plus, tanr-ils íont éloignez de nostre connoif. ſance. Ec toutesfois ils oíent bien en émouvoir des diſputes , & en parler corame d’une choſe qu’ils- croyent ſçavoir aíſeurément. Mais ils ne voycnt pas co ni bien ils s’a— buſcnr dans la bonne opinion qu’ils ont d’eux-meſmes. Car tandis ,, qu’à force de-contred'ire , ils en- perdent prefque refpric, & qu’en. blâmant les bons ſentimens des autres, íls s’opiniâtrent à defendre leurs propres ſottiſes , ils cher-- chent la V^erité ou. elle n’est pas, ,