Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


36 T>e troìs ſorrem dererfinnes f leur efprit étoit toujours chaticev» f lant ; auíſi ſembloit-il faire gloire 1 de ſe mocquer de rAstrologie dont la plûpart des Philoſophes de ſon temps faiſoient profeíïìon Le nom de Chauve-Soury ſe peut donner en troisiéme lieu à tous ces illuílres Fourbes, qui ne vont jamais qu à tâtons dans les af- faires du monde. A ces fameux Charlatans, qui ne parlent qu’ob- , fcurément, Sc par équivoque,qui ] couvrent du voile d’Hypocriíìe ' leurs mauvaifes actions, & dontla langue venimeuſe lance des traits ; qui volent dans les tenebrcs : ce •\ti\t•\t/\t*“ qui veut dire , qu ils n’epargnent pas mefme la reputation des gens de bien, non plus que celle de ,1 leurs Amis , qu ils déchirent fei- crettement. En ccla d’autant plus malicieux , qu’au lieu de ſe tenir .fermes dans leur confidence , ils ne s’en ſervent qu à les trahir lâí- chement tournent ainsi leurs