Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/468

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DISCOUR.S VIII. ghe U Sobneté ſeri 'deéſemede a, l'xyímour. CE u x qui ont écrit la rnort d’Adonis, diſencqù’ellen’cût pas été tragique , s’il eût*voulu croire Venus, qui l’aitnant paffion- németit pour ſa beauté merveil- leuse j & voyaat qu’il la ſuivoit toujours à la chaffe , elle luy di¬ soit inceís.immcnt de se donner garde des bestes ſauvages. cher Aitnìs duy disoit-elle, . Dont les mfîorieux regards Me blejſcnt, comme autant de dards, & me attemte plus que mortelle. v Suy les mſes dont je me ſers ! lors que je reUnce à U. chajſe ■ ^es ckevrenils les Daims & les