Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/488

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


trìowphe ì, ÌAfn. son avantage , en la faisant paroi- trc toute autrequ elle neft , pat de fauffes coufeurs de Rhctori- que. D’où il s’enſuit que Ciceron a raiſon de dire , qu il faut que ÏOrateurſoit homme de probite, dautant que les Armes de 1 Elo- quence (ont dangereuſes entre les mains d’un fourbe. La ſcconde , quun bieninjustement acquisre- vient enfin à fon maistre, comme fit le bouclier d’Ajax , ou du moins que l’Uſurpateur n’en jouit pas longuement : & la tro.fiéme ,• que les Elemens, comme dit Sencque, ſont quelquefois plus justes , & plus ſenfìblcs à la pitíé que les hommes meſmes, Ce qui fe veri- fie icy par l’exemple de la mer ir- ritee, qui rendit au vaillant Ajax apres ſa mort, les Armes d’Achil- « ? que les Capitaines Grecs avoient, comme j’ay dit cy-deſ- us, malapropos adjugées au cau- tfileux Ulyffe,