Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/552

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


f , Jhf'ilfautóbeyïAtíxLoix.\tI41 forme , felon les plus do&es -,bien que neancmoins la corne foit un Svmbole de .preéminence & d’au- thorité dans les Sainces Letites, Etant donc cercainy;que par la force des Loix , les efprits des hommes (ont tenus en bride , 6C détoumez du chemin des Vices, pour fuivre la route des Vertus ; il est du devoir du bon Prince , de n’enfaire aucuncs qui ne ſoienc honnes , èc qu on ne puííſe obſer- ver : car les chofes iniustes ne doí- vent point paífcr pour Loix , & nul hy cíl obligé. ,Ce qui fait dire à Plutarque qu en ce qu’on ordonne , il fauc quily aitde la facilitc , pours’en pouvoit acqumer. Et dautantquc “ft Peu de chose de flitc Vs LT’ 5 Cf ‘,yqul les a inftituécs

  • I«defend,&„eles obfeve !

meſmcs s il\t1\t* S“ì«sneles,JeT i lefqUCfa lePtincevtiœneL\t1\tt<'l,e y «enne la mam, & qu’iL N .