Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/589

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ï$l De ln vìgìUnce\t^ J- de fí exccllcntes & de fi hauteJl L’°n pcut adjouter à cecy 0llfl Teſpric ſe poflbdc micux dàJl ſilence , comme il cst auffi pius clair-voyant dans l'ohſcuritc. Les ■Anciens le voulurent ainsi donner à connoistre par la figure du LoUn ( Animal qui void de nuit ) qu'ils mirent aux lieux les plus émincns -du Tcmple d’Appollon,Dieutu. telaire des Sciences. Que si des choſes Prophanes ,il ſauc paíſer aux Divines, je diray que S. Paul bcrivant à ceux de Theſſalie les exhorre à vacquer de nuit à la prierc. Que cetoitle tcmps auquel David avoit accoô- tuqié de s’éveiller pour la meſme fin , & auquel ſon Fils Salomon obtint de Dicu le don de Sapicn- ce, qu’il luy demanda íurlaMon- tagne de Gabaon. Ne fut-ce pas de nuit encore que fc íìgnalercni plusieurs illustres Chefs, dontfaii mention la Sainte Eínture, telí