Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/657

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


îjo Jl>ue targeni ft matiere, Lon tient,dít-il3qt,eles(u le soleil yla tern, !'«» , les Venſ ' & les étoilís , ſe peuvent nommer de , puìſſmtes Divmtez. Mats i(stìmí 1 pour moy, que /or&rargentfintcncm \ plus purjſans. Crir jt •vous les avczthtz, ’ • vous, demandcz, hardipnent, wttsui- rez, tout a ſ uhait, des maiſom ax , champs & à la ville,■ des valets de toutes les ſortes , de riches mtublts, des atnis , des luges, dr des tlbem, juſjues-la mejme , que vous reduìm les Dìeux a- vous ejlre favorables. PhilippcdeMacedoine eucfortbó- ne grace, lors que certains Efpions qu’ib avoit envoycz exprés, pour voir unc EortereíTe , qu il denroit assieger, l’ayant aíſeurc q’u’elle leur ſembloit imprenable, Ei juoy ,Uw dit-il, les avem'ès en ſont-cllesſiSf' ſcìles , quun mulet chqrgc d'argnt n’y putjſe entrer ? J obniets eç beau trait de T. Quintius , qui voyant Thilopomen ſans argent, bien quil cût d ailleurs de cres-grandes for-