Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/736

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ſont (n ffoíme meſme. ■ v.f puissent estre comparcz. Car com- me discntles Stoiciens, elle ftulc eft le vray bien de 1 hoinrste, ainſt que le vice en eft le plus grand mal. En cífer il n’y a que le ícul vertueux qui ſepuifíedire bien-hcureux ôC libre, quand meſme il ſeroit en- fermé dans le tonneau de Phala- ris, ou dans celuy de Perille. Le Vicieux au contraire est toujours Eſclave , eut-il l’Empire de Cy¬ rus , la gloire d’Alexandre, &les richesses de Croeſus. II est d’autant plus miſerable en ſa condition r qu’au milieu de lamagnifieence & de la pompc où il ſe voit, il traî- ne des chaincs qui l’embarraiſcnt par tout, & qui pour estre d’or ^ nen ſont ny moins durcs , ny ffioíns peſantes : II a beau ſe voir cnvironnc de gardes , s’il crainr uy meſme ceux qui le craignent,. aprehenſion qu il a d’ailleurs. perdre ce qu’il poíſede , luy de cominucllcs alarmcs,