Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/77

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il eut soin de faire mettre en lieu de sûreté des valeurs considérables en or, en argent et en papier qui y étaient en dépôt.

Il y avait à Moscou une troupe de comédiens, composée en grande partie d’acteurs français, sous la direction de Mme Éléonore Burcet. Cette actrice, qui devait sa fortune au gouvernement russe, était alors âgée de quarante-cinq ans ; elle avait été fort jolie. Ce fut elle qui donna au maréchal Duroc les noms des acteurs qui avaient quitté Moscou à l’approche des Français, et les moyens de découvrir les lieux où ils s’étaient retirés. De ce nombre était le nommé Saint-Vert, acteur du théâtre de Saint-Pétersbourg, et originaire de Nancy. Il vivait retiré à Moscou depuis quelques années, avec une pension de dix-huit cents roubles que lui faisait l’empereur de Russie. Il avait en outre une quarantaine de mille roubles, fruit de ses économies, qu’il avait placés chez des seigneurs russes. Saint-Vert était un homme estimable. Il s’était fait constamment remarquer par la