Page:Beaugrand - Lettres de voyages - France, Italie, Sicile, Malte, Tunisie, Algérie, Espagne, 1889.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
190
LETTRES DE VOYAGE

par un ciel très serein on peut découvrir les côtes d’Afrique. Après le Vésuve, c’est le volcan le plus célèbre du monde et son histoire se perd dans la nuit des temps.

Nous quittons Catane à destination de Syracuse, en côtoyant le littoral de la Sicile et nous jetons l’ancre dans un des plus beaux ports naturels de l’Europe, parfaitement garanti contre tous les vents.

Syracuse qui n’est aujourd’hui qu’une petite ville de 25,000 habitants, fut autrefois la ville la plus importante du monde grec. De toutes les parties dont était composée l’ancienne et opulente cité, la seule habitée aujourd’hui est l’île d’Ortygie, qui forme le moderne Syracuse. Elle est séparée de la terre ferme par un canal étroit que l’on traverse par quatre ponts-lévis. Le nombre des monuments de l’ancienne Syracuse est assez restreint, mais outre la célébrité du nom, l’intérêt puissant qu’offrent certaines ruines mérite d’y attirer les visiteurs. Il y a l’ancienne fontaine d’Aréthuse, l’amphithéâtre, le théâtre grec, l’oreille de Denys, les catacombes, le fort Euryale et les ruines du temple de Jupiter. Ce qu’on appelle l’oreille de Denys, est une caverne longue de 58 mètres et haute de 25. Les