Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


De cels d’Espaigne en ad getet mort .XX.,
E Gualter .VI. e l’arcevesque .V.
2060Dient paien : « Feluns humes ad ci !
Guardez, seignurs, qu’il n’en algent vif.
Tut par seit fel ki nes vait envaïr
E recreant ki les lerrat guarir ! »
Dunc recumencent e le hu e le cri ;
2065De tutes parz lé revunt envaïr. AOI.

CLIV

Li quens Rollant fut noble guerrer,
Gualter de Hums est bien bon chevaler,
Li arcevesque prozdom e essaiet :
Li uns ne volt l’altre nient laisser.
2070En la grant presse i fierent as paiens.
Mil Sarrazins i descendent a piet
E a cheval sunt .XL. millers.
Men escientre nes osent aproismer.
Il lor lancent e lances e espiez
2075E wigres e darz e museras e agiez e gieser.
As premers colps i unt ocis Gualter,
Turpins de Reins tut sun escut percet,
Quasset sun elme, si l’unt nasfret el chef,
E sun osberc rumput e desmailet,
2080Par mi le cors nasfret de .IIII. espiez ;
Dedesuz lui ocient sun destrer.
Or est grant doel, quant l’arcevesque chiet. AOI.

CLV

Turpins de Reins, quant se sent abatut,
De .IIII. espiez par mi le cors ferut,