Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


En France irat Carlemagne querant ;
Rendre le quidet u mort o recreant. »
Dist Bramimunde : « Mar en irat itant !
2735Plus près d’ici purrez truver les Francs :
En ceste tere ad estet ja .VII. anz.
Li emperere est ber e cumbatant :
Meilz voel murir que ja fuiet de camp ;
Suz ciel n’ad rei qu’il prist a un enfant.
2740Carles ne creint nuls hom ki seit vivant. »

CXCVII

« Laissez ço ester ! » dist Marsilies li reis.
Dist as messages : « Seignurs, parlez a mei !
Ja veez vos que a mort sui destreit,
Jo si nen ai filz ne fille ne heir :
2745Un en aveie, cil fut ocis her seir.
Mun seignur dites qu’il me vienge veeir.
Li amiraill ad en Espaigne dreit :
Quite li cleim, se il la voelt aveir,
Puis la defendet encuntre li Franceis !
2750Vers Carlemagne li durrai bon conseill :
Cunquis l’avrat d’oi cest jur en un meis.
De Sarraguce les clefs li portereiz,
Pui li dites il n’en irat, s’il me creit. »
Cil respundent : « Sire, vus dites veir. » AOI.

CXCVIII

2755Ço dist Marsilie : « Carles l’emperere
Mort m’ad mes homes, ma tere deguastee
E mes citez fraites e violees.
Il jut anuit sur cel’ ewe de Sebre :