Page:Bellocq - Effets physiologiques de la naphtaline.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’un embonpoint satisfaisant ; sa bouche est humide, et contient de la salive vers les commissures des lèvres.

Cavité abdominale. — Le péritoine ne présente aucune lésion ; la masse intestinale a un volume un peu diminué, les intestins montrent un peu d’astriction. Si nous examinons le tube digestif dans toute son étendue, nous ne voyons rien dans la bouche, si ce n’est la salive dont nous avons parlé plus haut. L’œsophage ne montre aucune modification. L’estomac ne présente pas la même astriction que le tube intestinal ; au toucher, il donne la sensation d’une poche contenant un peu de liquide. Une ponction suffit pour vider cet organe car il ne contenait absolument que le liquide déjà perçu à l’extérieur. L’analyse de ce dernier montre qu’il a la composition du suc normal ; le papier tournesol montre qu’il est très-faiblement acide ; par l’azotate d’argent, on observe qu’il contient une quantité notable de chlorures ; l’oxalate d’ammoniaque y fait trouver un peu de chaux ; par le chlorhydrate d’ammoniaque on y remarque un peu d’acide phosphorique ; l’acide tartrique y fait reconnaître un peu de chlorure de sodium ; et l’acide picrique de la potasse et une petite quantité d’ammoniaque. En résumé, ce liquide contient de la potasse, un peu d’ammoniaque et d’acide phosphorique ; très-peu de chaux, des chlorures. Ce suc contenait, en outre, des débris de consistance fibrineuse, qui troublaient un peu sa limpidité. C’est là, comme on le voit, à peu près, la composition du suc gastrique normal. Extérieurement, l’estomac présente dans sa partie la plus déclive, autour de la grande courbure, une teinte rouge bien marquée. L’ouverture de cet organe permet de voir une muqueuse injectée dans la région correspondant à la partie extérieure