Page:Bellocq - Effets physiologiques de la naphtaline.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


AVANT-PROPOS




Les animaux domestiques, en dehors de cas exceptionnels qui ne sauraient nous préoccuper en ce moment, sont pour nous des machines qui fournissent un certain revenu. C’est assez dire que dans tout ce qui les concerne, l’intérêt doit être consulté ; par conséquent le médecin-vétérinaire qui traite un animal, a deux buts à remplir : 1° guérir ; 2° guérir à bon marché. Il est inutile de dire que toute cure dont les frais dépassent la valeur du malade est par cela même à rejeter. Il en résulte que les dépenses d’un traitement doivent être inférieures à une valeur déterminée, d’où l’obligation de rechercher nos moyens thérapeutiques dans les conditions les moins onéreuses.