Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cette anomalie, si, comme, la Faculté le professe, le mutisme n’est que la conséquence de la surdité.

Dans leur souci grandissant, les parents se décidèrent à consulter l’un des docteurs de cette Faculté. Il inspecta l’enfant, contrôla le jeu de ses organes, et, n’y découvrant rien que de rationnel, conclut à quelque retard de l’intellect expliqué, d’ailleurs, scientifiquement, par la prépondérance hyperphysique de la matière.

— S’il ne parle pas, décréta-t-il, il parlera, et, qui sait, comme Démosthène, peut-être. En attendant, exercez-le et tirez un peu au dehors l’âme tapie derrière cette masse adipeuse et qui paraît s’y garer de la pensée.

— C’est bien, fit résolument l’employé, il ne sera pas dit que j’aie mis au monde une brute. Dans huit jours, il dira « papa » ou j’y perdrai mon nom de Paul Legris….

Et il se mit sans répit à la besogne.

Ce fut en vain, il dut le reconnaître et s’en désespérer. Hilaire récalcitrait à toute imitation de son formulé. Même ce vocable, initial en toutes langues humaines, premier exercice de la phonation, diphtongue quasi animale encore et plutôt cri que mot, « papa », ne frappait les méninges du jeune anthropoïde ou du moins