Page:Bergerat - Souvenirs d’un enfant de Paris, vol. 1, 1911, 3e mille.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


briand dans Les Natchez ; mais tous graves et résolument disciplinés, ils eussent en un autre temps soulevé le rire et déchaîné la blague parisienne, car en vérité, ils étaient dérisoires. Mais devant le zèle de ces braves gens toute la gaieté de la race s’éteignait et les ménagères contenaient mal leurs larmes.

— C’est ainsi, me disait Alexandre, que je me figure les bourgeois flamands d’Artevelde.

Et la note était juste, en effet.

On était sous le coup de ce combat de Châtillon d’où le général Ducrot avait juré, à la manière romaine, de ne revenir que victorieux ou mort. Il n’était revenu ni l’un ni l’autre et le cercle de fer se rétrécissait autour de la ville, de telle sorte qu’on ne savait plus où on allait.