Page:Bernanos - Journal d’un curé de campagne.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
324
JOURNAL

cessaire… » — « Je n’ai pas le droit de vous parler autrement. Personne n’est infaillible, après tout. Mais ne vous laissez pas monter la tête par Grousset ! Un photographe est un photographe, on ne lui demande pas de discours. Nous causerons après de la chose ensemble, vous et moi… De toutes manières, si vous m’écoutez, vous ne changerez rien à vos habitudes, les habitudes sont amies de l’homme, au fond, même les mauvaises. Le pis qui puisse vous arriver, c’est d’interrompre votre travail, et pour quelque cause que ce soit. » Je l’entendais à peine, j’avais hâte de me retrouver dans la rue, libre. « Bien, monsieur le professeur… » Je me suis levé. Il tripotait nerveusement ses manchettes. — « Qui diable vous a envoyé ici ? » — M. le docteur Delbende. » — « Delbende ? Connais pas. » — « M. le docteur Delbende est mort. » — « Ah ? Hé bien, tant pis ! Revenez dans huit jours. Réflexion faite, je vous conduirai moi-même chez Grousset. De mardi en huit, est-ce convenu ? » Il m’a presque poussé hors de la chambre. Depuis quelques minutes son visage si sombre avait pris une expression bizarre : il semblait gai, d’une gaieté convulsive, égarée, comme celle d’un homme qui déguise à grand’peine son impatience. Je suis sorti sans oser lui serrer la main, et à peine arrivé dans l’antichambre, je me suis aperçu que j’avais oublié l’ordonnance. La porte venait tout juste de se refermer, j’ai cru entendre des pas dans le salon, j’ai pensé que la pièce était vide, que