Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dîner à la table du Soleil ! Est-ce que tu ne voudrais pas, toi ?… »

Elle l’éblouissait par ces mirages d’imagination, elle le charmait par toutes les caresses de sa voix. Cécilius la contemplait avec ravissement, à demi soulevée sur son coude au milieu des coussins, les yeux vagues et en apparence toujours songeurs. Sentant le moment propice, elle dit d’un petit air suppliant :

« Alors, tu veux bien que j’aille au Calcéus ? »

Cécilius sourit de la ruse ingénieuse et obstinée :

« Soit ! Tu iras au Calcéus passer un mois, sous la garde du vieux Trophime, mon écuyer.

– Et j’emmènerai Thadir… »

Exaspéré par cet entêtement, il fit un geste violent de colère et de dénégation. Birzil, la tête enfouie dans les coussins, se mit à pleurer, à sangloter :

« Allons, j’y consens, dit Cécilius, vaincu : tu emmèneras Thadir ! »