Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rait évidemment à l’évêque et à son entourage l’idée d’une fuite, qu’il souhaitait secrètement… Mais comment Cécilius n’avait-il pas rencontré l’officier et Cyprien dans la voiture qui les ramenait à Carthage ? Probablement, afin de ne pas attirer l’attention de la foule qui se portait du côté des Mappales à la suite de la mascarade des vendanges, on avait fait passer l’attelage par la corniche qui surplombe la mer et par les faubourgs maritimes…

Cependant le mystère de cette arrestation si soigneusement cachée avait dû se trahir déjà. Si tout était tranquille dans le quartier des riches, celui des villas et des jardins, Cécilius constata une agitation croissante à mesure qu’il se rapprochait de l’Acropole. Des attroupements se multipliaient. A l’entrée de la rue de Saturne, il lui fallut descendre de cheval, tellement l’affluence du populaire rendait le passage difficile. Devant la maison de l’officier, la rue était barrée par les gens qui stationnaient. En face, la foule avait envahi le portique du temple de Saturne. Beaucoup s’apprêtaient à passer la nuit sous les arcades, autour de la fontaine jaillissante, dont les vasques superposées rafraîchissaient l’air. Certains avaient apporté des coussins et des couvertures. Il y avait là des familles entières, avec les enfants et les serviteurs. Des marchands ambulants disposaient déjà leurs éventaires éclairés par de petites bougies, pâtissiers, vendeurs de boissons fraîches, vendeurs de boudins et de viandes cuites. Quelques soldats de police surveillaient ce rassemblement. Ils auraient bien voulu disperser les manifestants, mais les duumvirs redoutaient une émeute encore plus que le proconsul. D’ailleurs, la foule était paisible, même recueillie. C’était comme une vigile de la Passion dans une église. Un deuil pesait sur toutes les âmes. La nuit elle-même était lourde, orageuse comme d’habitude en Afrique à cette époque de l’année. On se dissolvait dans une atmosphère de bain tiède, une humidité, une moiteur alanguissante. Cécilius en fit la remarque :