Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


– Précisément ! N’a-t-il pas reçu des ordres nouveaux ?… Tu n’as rien remarqué, rien qui doive nous inquiéter ?

– À Cirta, tout est tranquille. On raconte qu’à Rome Valérien Auguste se prépare à partir en guerre contre les Perses. À Lambèse, Macrinius a assez à faire avec les nomades et avec les montagnards qui, paraît-il, recommencent à s’agiter… Cher Cécilius, fais-moi la grâce de goûter ce miel ! Vois comme il est joli dans ce pot de terre rouge. C’est du miel de mes abeilles, qui sont un peu les tiennes, car elles vont aussi piller tes parterres, les voleuses ! »

Mais Cécilius n’écoutait plus le bavardage mignard du bonhomme : il savait maintenant ce qu’il voulait savoir, ce pour quoi il était venu. Le repas touchant à sa fin, il brusqua le dernier service, et, malgré les instances de Martialis qui voulait lui faire admirer une récente plantation d’oliviers, il prit congé de son hôte, en prétextant que Birzil l’attendait à Muguas.