Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas compris. Ce qui t’a paru tiédeur de foi n’était que prudence, souci de ta propre conservation, désir de t’épargner des soucis inutiles. Pourquoi te tourmenter ainsi sans raison sérieuse ? Eh quoi ! parce que de jeunes clercs, désœuvrés à Rome, ont voulu faire les gens importants et bien renseignés, en t’envoyant des nouvelles dramatiques, voilà que ton imagination entre en campagne. Laisse-moi te citer un mot d’un sage païen, que nous considérons comme un peu des nôtres : « Ne sis miser ante tempus ! disait Sénèque : Ne te rends pas malheureux avant le temps ! » Les maux que tu redoutes ne viendront peut-être jamais. Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’ils ne sont pas encore venus. Je viens de causer avec Julius Martialis, que tu connais, et qui est ami du légat de Lambèse : il m’assure qu’il n’y a rien à craindre si les chrétiens se tiennent en repos. Penses-tu que Valérien Auguste, à la veille de marcher contre les Perses, veuille se mettre à dos, en nous persécutant, les populations asiatiques, qui sont, en grande partie, chrétiennes ? Et penses-tu que, pour la même raison, le légat Macrinius risque d’exaspérer contre lui les nomades et les montagnards de l’Atlas, qui, paraît-il, sont en pleine effervescence ?…

« Permets-moi de te le dire, cher Cyprien : Carthage est assurément une très grande et très savante métropole, mais, comme Alexandrie et Antioche, immodérément livrée à la fureur des sectes. Dans cette atmosphère orageuse, on perd la juste appréciation des choses. Marc-Aurèle Antonin nous reprochait l’abus des grands mots et des attitudes théâtrales. Quoique flamine des Empereurs, je n’ai qu’un médiocre respect pour les oracles de ce nouveau dieu. Pourtant il faut avouer que beaucoup d’entre nous ont une tendance à tout pousser au tragique. Ne dis pas non ! Toi-même as condamné ces excès de conduite et de langage dans des lettres adressées à ton peuple et à ton clergé. Or, en suivant une règle, qui fut autrefois la tienne, on peut arriver, à force de douceur patiente et obstinée, à dénouer des situations en