Page:Bibaud - Les fiancés de St-Eustache, 1910.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Avant-Propos



La province de Québec, qu’arrose les eaux du Saint-Laurent, offre aux yeux des voyageurs des aspects variés et pittoresques ; tantôt c’est une falaise escarpée où la vague vient sur le rocher, se frapper en écumant ; plus loin un sable uni que lave la marée dans ses ondulations mouvantes. Ce n’est plus la mer ; mais le fleuve géant, imposant, majestueux. En le remontant, la première ville importante que salue le touriste européen est la vieille cité de Champlain, Québec, superbe et fière sur son haut promontoire. Le panorama dont on jouit sur ces hauteurs peut rivaliser en beauté, en grandeur avec les points de vue les plus renommés de l’ancien continent.

Quittant ces lieux, après avoir admiré le grandiose d’une nature sublimement accidentée, on jouit en se laissant glisser sur les ondes, d’une vue encore agréable quoique paisible, de florissants villages bordant les deux rives, d’agrestes maisonnettes à demi cachées dans des bosquets d’arbres touffus, de larges prairies