Page:Bibaud - Les fiancés de St-Eustache, 1910.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dénotait une grande fermeté de caractère, jointe à une exquise bonté. Ce jeune homme qui devait, quelques années plus tard, tomber martyr de ses convictions était le docteur Chénier.

— Je crois, disait le docteur Bussière, qu’un changement complet de scène, d’entourage est indispensable. Une jolie campagne, où des soins attentifs seraient donnés à cette enfant, ferait plus que tous les médicaments, bai vous appelant en consultation, mon cher Chénier, j’avais une idée à laquelle j’espérais que vous acquiesseriez. Vous possédez une résidence superbe à Saint-Eustache, rien de plus séduisant, de plus poétique que votre habitation, placée sur la pointe d’où l’on domine les deux rives, au milieu d’un bosquet d’arbres, dont le feuillage procure une ombre rafraîchissante aux heures les plus chaudes du jour, vous permettant de rester au dehors la journée entière. De tous côtés, chez vous, le regard est captivé, seul on dirait que le bonheur doit régner en ce lieu. C’est le panorama qu’il faut à notre jeune malade, dont la nature sensitive s’impressionne des moindres petites choses. Voulez-vous m’aider à la guérir, Olivier ? Je sais que vous ne me refuserez pas. Recevez cette jeune personne chez vous pour quelque temps, et la cure est assurée. Votre femme est charmante, sa compagnie sera d’un grand secours à cette petite. Vous pouvez demander ample rémuné-