Page:Bibaud - Les fiancés de St-Eustache, 1910.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les Fiancés
de
St-Eustache



Broum-broum, broum broum, broumbroum broumbroum. — De patriotiques fanfares résonnaient, de quart d’heure en quart d’heure, suivies d’acclamations et de vivats enthousiastes. On proclamait, à Montréal, l’association des Fils de la Liberté.

C’était le cinq septembre 1837. La place Jacques-Cartier était encombrée d’une foule nombreuse, sortant de l’Hôtel Nelson, où une grande assemblée, moitié civile, moitié militaire venait d’avoir lieu. On s’était divisé en deux branches, l’une devant par ses écrits et ses discours travailler à la conquête de l’indépendance du peuple canadien français, l’autre par la force des armes, si la nécessité l’exigeait, se dévouerait au triomphe de la cause populaire.

La foule se dirigea ensuite vers la demeure de l’Honorable Louis-Joseph Papineau, chef