Page:Bibliothèque de l’École des chartes - 1897 - tome 58.djvu/409

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


certain signe, « signum novum atque insolitum. » Sur les réclamations de la partie lésée, le roi Robert interdit aux séparatistes toute modification à la bannière du duché (4 octobre 1335)[1]. Comme le règne de Robert suit de près l’apparition présumée de la boussole, comme, d’autre part, des auteurs du xviie siècle affirment, sans qu’on puisse les contrôler, que la boussole était représentée sur la bannière et sur le sceau d’Amalfi[2], on a conclu, de ces prémisses qui ne le comportaient guère, que le signe nouveau et insolite était la boussole[3].

Il faut descendre jusqu’au milieu du xve siècle pour trouver la mention explicite de l’invention, non pas de la boussole, mais de l’aiguille aimantée à Amalfi :

Prima dedit nautis usum magnetis Amalphis[4].

Heureuse ville ! Sur cette simple affirmation, répétée nombre de fois depuis, on ne lui discuta plus la priorité de la découverte. Mais il fallait le nom de l’ouvrier, un nom sur lequel pussent s’épancher « les éternelles actions de grâces de ceux qui chevauchent la mer[5]. » En 1489, du temps de Polydore Virgile, on n’était pas encore fixé là-dessus[6].

Vers 1540, un écrivain de Ferrare, traitant de la boussole, parle incidemment d’un certain Flavius, « a Flavio quodam excogitatus traditur[7]. » Il songeait à Flavio Biondo, l’auteur qui

  1. Archives de Naples, reg. Angioini 299, fol. 7 et 15 ; publié par le P. Timoteo Bertelli, barnabite, Studi storici intorno alla bussola nautica, parte 2a, dans les Memorie della Pontificia Accademia dei Nuovi Lincei. Roma, 1894, in-4o, vol. IX, parte 2a, p. 141. — Dans cet article et dans un précédent publié dans la même collection, vol. IX, p. 77, le P. Bertelli a fait une savante compilation de tous les auteurs qui, à sa connaissance, ont parlé de la boussole.
  2. Enrico Bacco Alemanno, Il regno di Napoli diviso in dodici Provincie. Napoli, 1622, p. 53.
  3. Bertelli, p. 143-145.
  4. Vers d’Antonio Beccadelli le Panormitain, et aussi Blondi Flavii Foroliviensis Italia lustrata in regiones. Basilea, 1569, p. 420 f. Flavio Biondo vivait vers le milieu du xve siècle. — Bertelli, p. 148.
  5. Pandolfo Collenuccio da Pesaro, Compendio dell’ Historia del regno di Napoli. Venetia, 1539, lib. I, p. 16-17. — Bertelli, p. 151.
  6. Polydori Vergilii Urbinatis De inventoribus rerum libri tres noviter impressi. Venetiis, 1507, p. lxxxi a. — Bertelli, p. 150.
  7. Lilii Gregorii Gyraldi Ferrariensis Operum quæ extant. Basilicae, 1580, I, p. 570.