Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/241

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le sujet doit faire la somme des deux premiers chiffres de la première colonne et écrire cette somme à côté du second chiffre de la première colonne ; ainsi dans l’exemple précédent il doit écrire 12 (5 + 7 = 12) à côté de 7, puis à cette somme il doit ajouter le troisième chiffre de la première colonne, qui est 9 dans le cas présent, il obtient donc 9 + 12 = 21, et ce 21 doit être écrit à côté de 9 ; il doit ensuite ajouter à cette somme (21) le quatrième chiffre de la colonne (qui est 3) et ainsi de suite ; lorsque la somme dépassera 100 il devra négliger les centaines. Le sujet doit faire les additions aussi rapidement qu’il le peut ; toutes les cinq minutes, au coup de sonnette, il doit faire une marque avec le crayon. On peut ainsi compter, quand tout est terminé, le nombre d’additions qui ont été faites toutes les cinq minutes, et de plus, on peut compter le nombre d’erreurs commises. Nous décrivons aussi longuement cette méthode, parce que c’est la même méthode qui est employée dans toutes les autres recherches faites au laboratoire de Kraepelin, et que cet auteur propose même d’employer cette méthode dans les écoles et sur des malades.

Elle présente un défaut grave : c’est qu’il faut écrire chaque fois le résultat de l’addition ; cette nécessité d’écrire prend un temps bien plus considérable qu’on ne le pense en général, — et, cause d’erreur importante, ce temps pris par l’écriture est souvent supérieur au temps nécessaire pour faire l’addition elle-même. Or les expériences de ce genre durent au moins une demi-heure et souvent leur durée dépasse une heure ; faire des calculs aussi monotones en se dépêchant toujours est assez fatigant, mais ce qui est bien plus fatigant encore, comme l’un de nous (V. Henri) a pu le constater sur lui-même et sur d’autres personnes en refaisant des expériences analogues à celles de Kraepelin, c’est d’écrire les résultats chaque fois. On arrive après un certain temps à un état d’énervement général, les mouvements de la main deviennent saccadés, on ressent de la fatigue dans la main et dans les doigts. Il est