Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


autres ; la différence peut tenir simplement à ce fait que l’exercice présente plus de difficulté pour les premiers que pour les derniers ; la fatigue intellectuelle peut être la même chez les élèves jeunes et âgés, seulement cette fatigue a une influence plus forte sur un exercice difficile que sur un exercice facile. Nous insistons sur ce point parce qu’aucun auteur n’a remarqué cette cause d’erreur ; on a commis cette erreur un grand nombre de fois et on en a déduit que les élèves jeunes se fatiguent plus que les élèves plus âgés ; c’est une conclusion qui n’est pas encore prouvée.

Il faut que l’exercice que l’on choisit puisse être fait sans trop de difficulté technique, et surtout qu’on puisse facilement compter le nombre de fautes et apprécier la valeur de chaque copie. Si l’exercice est très compliqué, par exemple si c’est une composition à écrire sur un sujet quelconque, il est très difficile et souvent impossible d’exprimer par des nombres la valeur d’une copie ; l’appréciation de la valeur de la composition est très subjective et deux personnes différentes ne classeraient pas de la même façon une série de copies pareilles.

D’un autre côté, il faut que l’exercice présente une certaine difficulté pour l’élève, puisque, s’il est trop facile, on ne fait de faute ni avant la leçon ni après.

Les épreuves que différents auteurs ont choisies sont les suivantes : des dictées faites à toute une classe ; des calculs d’arithmétique tels que des additions et des multiplications que l’on fait faire à des élèves d’une classe ; la mémoire des chiffres ; la méthode de composition d’Ebbinghaus, consistant à faire remplir les lacunes d’un texte ; enfin la sensibilité tactile ; nous passerons successivement en revue les différentes méthodes en indiquant les résultats obtenus.

La méthode des dictées a été employée la première pour l’étude de l’épuisement des élèves ; l’initiative appartient à