Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


expérience que nous avons faite récemment sur sept personnes faisant ensemble une marche à pied de 8 kilomètres environ, sur terrain plat, de quatre à six heures de l’après-midi en été, un des marcheurs a eu un pouls de 88 pulsations au maximum, et un autre un pouls de 128 ; la marche a duré environ deux heures, avec une vitesse d’un kilomètre pour treize minutes, Il y a donc eu, pour un même travail mécanique accompli par ces deux personnes, un écart de 40 pulsations par minute.

Nous donnons dans le tableau suivant les résultats pour les sept personnes qui ont pris part à cette expérience :

SUJETS
Avant de partir à 3 h. 3/4.
À 4 h. 10 m. après 25 m. de marche.
À 4 h. 30 m. après 45 m. de marche.
À 4 h. 55 m. après 70 m. de marche.
À 5 h. 55 m. après un repos de 1 h.
À 6 h. 20 m. après 25 m. de marche.
À 6 h. 45 m. après 45 m. de marche.
Mad. (enfant). 68 96 100 104 » » »
L. B. (dame). 72 92 96 96 » » »
V. H. 76 86 76 76 68 84 88
A. B. 84 108 104 124 100 108 120
V. 88 92 96 104 88 100 108
C. H. (dame). 88 100 104 104 84 108 116
A. H. (dame). 92 106 128 108 96 110 112

Les chiffres du tableau précédent indiquent les nombres de pulsations par minute.

Le graphique suivant exprime la vitesse du cœur chez quatre des personnes précédentes ; nous avons porté en ordonnées le nombre de pulsations et en abscisses les différentes époques d’expériences. Ce graphique indique nettement qu’il y a des différences individuelles considérables pour les réactions du cœur sous l’influence d’un travail physique tel qu’une marche de vitesse moyenne sur un terrain plat.

Nous devons en conclure que l’on ne peut pas se contenter d’expériences faites sur un petit nombre de sujets, il